Le Korhogo, un pagne made in Ivory Coast

Lorsque l’on parle d’artisanat (statuettes, pagnes, tableaux…), l’Afrique a une grande place à jouer par son éventail de compétences et de savoir-faire sur le plan international. Le pagne est un objet prestigieux, tout comme le métier de tisserand (ouvrier qui fabrique des tissus). Ces tissus sont connus de tous et plébiscités pour leurs qualités esthétiques. Ils sont particulièrement appréciés des femmes africaines qui aiment recouvrir leurs corps de ces pièces uniques. Au pays des éléphants d’Afrique, la toile de korhogo est une de ces oeuvres méconnues du grand public.

La toile de korhogo est originaire de la région de Korhogo, située au nord de la Côte d’Ivoire en territoire Sénoufo. La région est réputée pour la confection de ses masques et ses toiles. Korhogo est la quatrième ville de la Côte d’Ivoire, en termes de population et d’économie. Elle est située à 635 km d’Abidjan et est le chef-lieu du District des Savanes et de la région du Poro.

Le métier de tisserand est depuis toujours, reconnu en Afrique pour son prestige, un savoir-faire que seules certaines régions d’Afrique peuvent se vanter de posséder.

Créer une de ces toiles n’est pas chose facile. Au début de la confection, un féticheur (sorcier des religions animistes) se doit de transmettre les sujets à traiter sur la toile au peintre. Le peintre s’exécute après transmission du message, mais garde toute liberté de création sur le sujet.

Ces tissus traditionnels sont constitués de bandelettes de coton d’environ une dizaine de centimètres de large et sont cousues les unes sur les autres. Des ornements sont peints à l’aide de petits bâtonnets de bois de différentes tailles avec des pigments naturels (d’origine minérale ou végétale). La couleur principale de ces tapisseries est le noir car cette couleur permet de faire ressortir de la toile le trait épais qui contourne les symboles dessinés. Ce sont des traditions et des symboles culturels importants aux yeux des Sénoufo.

La conception est simple et élégante: la toile est décorée de dessins d’animaux, de chasseurs, de soleil ou d’êtres humains. En Afrique, les végétaux et les animaux sont abondants et vénérés et les toiles en particulier sont souvent ornées d’écailles, de carapaces, de pelages d’animaux (guépard, zèbre…). Elles peuvent aussi faire apparaître des personnages anthropomorphes (qui ont l’apparence d’êtres humains) dans des scènes de la vie courante ou lors de rites initiatiques. Les dessins restent schématiques et représentent principalement le fondement et non les détails.

La toile de korhogo est chargée d’éléments et de codes. Elle est utilisée et connue principalement dans l’univers de la décoration (en des fresques murales ou en décoration d’intérieur) ou lors de rites traditionnels car elle expose les symboliques les plus importants de l’ethnie des korhogos, on peut observer aussi une ressemblance avec les tissus Bogolans qui sont fabriqués avec du coton ou de la laine de chameau, tissés et filés à la main, on les retrouve principalement en Guinée, au Mali, au Burkina Faso et en région Sénoufo.

L’intérêt de la toile de korhogo par le monde de la mode est encore faible mais on espère voir ce beau pagne s’exporter et se démocratiser sur le continent africain comme dans le monde dans les années à venir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s