Le chebe : vive les longs cheveux crépus jusqu’aux fesses !

dbbf4565834f3a520047c836abb07693Wow. C’est l’expression qui nous vient en découvrant la longueur des cheveux de ces femmes noires. Il est vrai qu’il n’est pas courant d’en voir d’aussi longs sur ce type de population.

Au Tchad, pays d’Afrique subsaharienne situé au-dessus du Cameroun, l’ethnie arabe Basara est reconnue pour l’utilisation du chebe (en français « croton de Zambèze ») sur les cheveux, et ce, depuis le plus jeune âge. Cela permet de les garder hydratés et lubrifiés.

Les femmes ont pour habitude de mélanger les graines de chebe avec un genre de pierre dénommée missic (qui viendra parfumer), un peu de clous de girofle, de la résine de samour, des graines mahllaba soubiane et du parfum liquide huileux. Le tout est grillé puis pillé dans le but d’obtenir une poudre.Screenshot_20180309-090628.png

Ensuite, cette même poudre est passée au tamis afin d’en garder les plus fins composants. Elles humidifient d’abord leurs cheveux avec de l’eau, puis alternent entre l’application de la poudre et celle d’une crème pour cheveux plutôt huileuse, qui diffère selon les goûts de la personne (avant les femmes arabes Basara avaient pour habitude de mettre du beurre de bœuf, mais à cause de sa forte odeur, elles ont peu à peu opté pour un produit plus agréable et moderne). Ce processus est répété jusqu’à ce que l’ensemble de la chevelure soit saturé.Screenshot_20180309-090445

Une fois les cheveux enduits, les femmes les nattent puis les recouvrent d’un foulard, symbole à la foi de leur tradition et de leur religion musulmane. Cela a un avantage : les cheveux sont à l’abri, protégés de la vue de tous pendant qu’ils baignent dans le mélange. Cependant, elles n’en mettent pas à l’avant de la tête car dans leur culture, les personnes au grand front sont considérées attrayantes.

C’est une méthode difficilement applicable (mais pas impossible !) pour un mode de vie occidental, par exemple pour une femme qui va travailler tous les jours en entreprise. De plus, c’est un processus long : leur longueur ne peut être atteinte en un claquement de doigt grâce à la poudre de chebe. Cela prend plusieurs années ! Néanmoins, chaque personne a une évolution capillaire différente, mais de manière générale, cela requiert beaucoup de temps.

PS : Merci à Miss Sahel pour avoir popularisé cette coutume.
Les Palabreuz ♧

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s